DERNIERS Témoignages


   
Le style se détend en même temps que le patron voit, petit à petit, s'envoler les craintes qu'il avait fantasmées. En dehors de la performance individuelle, il y a une vraie réflexion sur le devenir des canaux peu touristiques et celui des voies d'eau surexploitées à l'extrême. La mort des arbres le long du canal du Midi en est un symptôme. Dommage que la descente de Castets à Bègles ait été parcourue plein gaz. On peut faire halte en plein d'endroits, notamment aux Chantiers Tramasset.Jean-Michel sur Amazon le 29juin 2017 
Bonjour Bruno,
Je viens de finir de lire votre livre et c'est avec plaisir que j'ai voyagé avec vous le long des canaux, rivières et fleuves de France. Justement, le week-end du 11 novembre dernier, j'ai pensé à vous car j'ai traversé en voiture à Châlons en Champagne un pont qui enjambait le canal et j'ai pensé que vous aviez dû passer par là, je ne m'étais pas trompée. Vous avez quand même eu  beaucoup de courage pour passer ainsi un peu plus de trois mois dans des conditions plus que précaires, dans un bateau minuscule, sans expérience préalable, et en vous étant contraint à des dépenses ne dépassant pas 5  €/jour. Vraiment une superbe performance. Toutes mes félicitations. J'espère pouvoir en discuter plus longuement avec vous lors d'une dédicace dans un quelconque salon du livre.
Bravo et à bientôt. Rose-Marie par mail le24novembre 2016

Bonjour Bruno,

Déjà à la moitié du livre "Histoire de traverser", en trois soirées, et je ne peux pas en décrocher ! Vous savez nous tenir en haleine comme un bon roman d'aventures. Mais là ce sont des aventures vraies, authentiques, heureuses, moins heureuses, mais toujours passionnantes car vécues et racontées par un passionné.Bravo à vous et à bientôt pour de nouvelles aventures ??? Brigitte sur le site des éditions de la mandragore 23 novembre 2016

 

        Cher Monsieur,
Nous nous sommes rencontrés chez Cultura à Chateauroux, en début d’été. J’ai dégusté votre livre comme un bon vin. Dans le confort d’un canapé, j’ai eu froid, je me suis sentie trempée de haut en bas, j’ai eu très chaud et mal aux pieds, je me suis sentie sale aussi, et j’en ai conclu, que je n’étais pas du tout prête à quitter mon confort pour un tour du monde, ni même un tour de France…
En tout cas, merci beaucoup, Grâce à vous, je sais aujourd’hui à pourquoi je ne partirai jamais faire une telle aventure, que ce soit avec un âne, un vélo ou à pied. Finalement, comme beaucoup de vos lecteurs, je suis simplement une personne qui rêve de fermer un jour la porte de sa maison pour se sentir enfin libre.

Merci pour ce beau tour de France, en espérant que l’après ne fut pas trop dur. Très cordialement.

Bonjour Bruno,

Nous nous sommes rencontrés l'autre jour à Chasseneuil, et depuis, je marche avec César et toi-même sur les sentiers de grande randonnée. J'ai fini hier soir ton livre (trop tôt à mon gré, même si j'ai compati aux difficultés qui ont marqué tes dernières semaines), et je ne peux résister au plaisir de te dire à quel point j'ai aimé cette lecture. Peut-être aurai-je l'occasion de t'en reparler? Nous nous croiserons forcément lors d'un prochain salon du livre. En tout cas, ton récit est de ceux qu'on ne peut quitter en route, une fois qu'on s'est immergé dans son atmosphère, son humour, sa poésie et sa détermination. Peut-être aussi me suis-je reconnue parmi tous ces marcheurs par procuration, qui rêvent de te suivre mais n'en ont pas les moyens physiques (ou le courage!). Ce n'est pas un hasard si mon premier livre s'intitule Chemin en mode de ré: moi la sédentaire, les routes et les sentiers m'ont toujours parlé... Merci d'avoir pris le relais, en chantant la magie de la marche autant que la beauté des rencontres. Monique par mail le 03 octobre 2016

 

Bonjour Bruno,
Comme promis je me permets de vous faire un retour sur votre livre que j'ai découvert avec beaucoup d’intérêt.
Bien sur il y a l'aventure qui fait rêver et on mesure bien les difficultés que vous avez rencontrées et qui parlent pour qui pratique un temps soit peu la randonnée.
Il y a cette relation avec César, que j'ai trouvé très respectueuse de l'animal, avec beaucoup d'attention a son confort. Cela m'a rappelé quelques aventures de randonnées itinérantes effectuées avec mes jeunes enfants sur plusieurs jours en moyenne montagne.
Mais ce qui m'a presque le plus intéressé est cette fresque de la France rurale, au hasard des rencontres et qui donne une réalité des habitants hors des villes. Leur capacité à répondre à la sollicitation d'un voyageur itinérant atypique révèle de cette capacité à accepter l'autre dans sa différence, à donner sans compter. Cette forme d'altruisme est sociologiquement intéressante à l'heure ou les formes de rejet de l'autre n'ont jamais été aussi forts dans la société.
Merci donc pour votre ouvrage bien écrit.
Au plaisir de vous croiser à nouveau,
Amicalement Pascal par mail  le 23 septembre 2016

   Bonjour Bruno, Votre livre acheté à la fête de l'âne de Glénic a été mon livre de chevet de cet été 2016; je viens de le terminer, les larmes aux yeux, il m'a bouleversé! Nous avons 2 ânes et nous voulons faire un petit périple avec nos enfants l'été prochain. A la grande différence de vous, nous allons planifier nos nuits...être en galère avec 2 ânes et 2 enfants ça n'est pas possible, même si l'imprévu nous attire.... Merci encore pour cette fabuleuse histoire merveilleusement écrite! Au plaisir de vous lire encore, et qui sait peut-être de vous rencontrer!
Sidonie le 22 aout 2016 sur la page facebook HISTOIRE DE MARCHER